Carrefour, histoire de cette Commune

image

Source: modess.org

La commune de Carrefour figure parmi les plus grandes communes de la République d’Haïti si on tient compte de sa superficie et de sa population. Elle comprend 13 sections communales. Son centre urbain est subdivisé en zones ou quartiers: une partie de Fontamara, Bizoton, Diquini, Thor, Mahotière, Côte-Plage, Waney, Arcachon, Monrepos, Brochette, Lamentin, rivière Froide, une partie de MAriani. Certaines de ces quartiers on plus de 10000 habitants.

Située a Diquini peu après l’Hôpital Adventiste de Diquini, la mairie de Carrefour, depuis sa création en 1982, fonctionne à l’instar de toutes les autres mairies du pays. Dans ces conditions, l’administration municipale est invisible et n’existe que de nom. En conséquence, tout fonctionne au gré de la nature. Quant aux contribuables, ils ne reçoivent aucun service de leur mairie et sont pratiquement livrés à eux-mêmes.

La localisation même de la mairie de Carrefour permet à l’observateur avisé de conclure que cette boîte n’a rien à voir avec le reste de la commune. Actuellementi, la commune de Carrefour a une population de plus de 500,000 habitants. Plus de 90% du territoire de la commune se trouve dans ses sections communales. Les gens qui habitent les sections communales ne dépassent guère les 20 %. Donc le centre urbain de Carrefour est une mégapole. Il y a beaucoup de pays dans le monde dont la population est inférieure à 500000 habitants.

L’une des définitions classiques de la mairie est la suivante : un édifice où se trouvent les services de l’administration municipale et où siège le conseil municipal. Ce qui diffère la mairie de Carrefour des autres mairies d’Haïti c’est sa situation géographique. Elle est située dans un endroit qui la rend complètement invisible. Les mairies des autres villes sont au moins physiquement visibles.

Normalement, tous les citoyens doivent savoir où est située l’administration de leur commune. La mairie c’est l’hôtel de ville; ce qui veut dire cet édifice doit être visible et accessible à tous : les visiteurs/touristes et les habitants de la commune. On a l’impression que ceux-là qui ont décidé de placer l’administration communale dans ce petit coin de Diquini l’ont fait à dessein. Isoler le pilier central de la commune c’est dire aux citoyens de Carrefour qu’ils n’ont pas besoin de compter sur leur mairie. En fait, il a toujours été le cas.

Avant la constitution de 1987, les maires étaient pratiquement nommés par le pouvoir central. Généralement, le maire ne gérait rien. Tout dépendait du pouvoir central. Cependant, sous cette nouvelle constitution, la mairie a l’autonomie administrative et financière de la commune. Au lieu d’un maire, on parle plutôt d’un conseil municipal qui assure la gestion de la commune. En dépit des provisions de la nouvelle constitution, il est difficile de noter une différence entre les anciennes administrations communales et celle d’aujourd’hui. Après deux ans en fonction, la nouvelle administration communale de n’a encore pris aucune initiative pour prouver à la population et aux observateurs qu’il y a nouveau sous le soleil de Carrefour. Au contraire, on se rend compte que la dégradation de l’environnement physique des milieux urbain et rural de Carrefour continue à un rythme accéléré. Quant à la dépendance de la mairie de l’État central, elle n’a fait qu’augmenter. Tout dépend étroitement des caprices ou de la générosité du Ministère de l’intérieur!

Ceux qui ont vécu à Carrefour avant la mise en application de la constitution de 1987 vous diront que les administrations communales d’alors étaient beaucoup plus responsables; leur présence se faisait sentir au moins dans le milieux urbain de Carrefour.

Si on faisait une enquête à Carrefour aujourd’hui, la majorité des gens qui y vivent ne seraient pas en mesure de répondre la question suivante: « Où est située la mairie de Carrefour ? » De même l’on serait surpris de constater que la plupart des gens pensent que le maire de Port-au-prince est celui dirige la commune de Carrefour. En d’autres termes, la mairie de Carrefour n’existe que de nom.

Pour une commune de cette envergure, Carrefour a besoin d’une administration communale qui soit à la hauteur de cette tâche combien délicate. Cette équipe doit être créative, compétente et progressiste. En fait, cette administration aura pour mission de créer les conditions et de prendre les mesures qui s’imposent pour lancer la commune de Carrefour sur la voie de la modernité et du progrès socio- économique.

Advertisements